Le vie en Sibérie : les Bouriates

Marcher sur la glace du lac Baïkal en plein hiver. Les photos des lieus étaient vraiment séduisantes, le pas fut franchi facilement. Pour cette traversé, notre guide s’est avéré expérimenté et solidement épaulé par des chauffeurs aux yeux exercés, capables de repérer les aspérités de la glace signalant une faille et donc un potentiel danger.

Mais avant de partir à l’aventure, vers la baie de Krestovaya, nous avons eu droit à de nombreuses explications sur la vie en Sibérie et plus particulièrement la vie de la population bouriate. Un petit musée nous a apporté des renseignements sur eux ainsi que sur le Lac Baïkal.

Les Sibériens sont particulièrement rudes, encore plus que les Russes de l’Ouest qui de manière général sont assez durs. En tout cas, c’est l’impression qui est restée de mon voyage à Saint-Pétersbourg. Ce sont en effet les descendants de prisonniers déportés ainsi que des Bouriates, le métissage étant fréquent.

DSC_3796.JPG

Premier point qui explique peut-être cette rudesse, leur espérance de vie plus courte qu’en Russie occidentale : 57 ans pour les hommes et 63 pour les femmes. Le guide a rigolé lorsque le sujet de la retraite fut évoqué. Il ne s’en soucie, il pense ne jamais l’atteindre.

Le revenu est également plus faible : 250 euros en moyenne, notamment en République de Bouriatie (à l’Est et au Sud du lac Baïkal) contre 420 euros à l’Ouest de la Russie.

Les Bouriates et les guerres

Les Bouriates sont environ 600 000, 1 million selon le guide si on tient compte de ceux établis en Mongolie. Même s’ils ont été colonisés par les Russes ils ont fini par totalement s’intégrer. Ils ont participé à de nombreuses guerres comme celle de la Seconde Guerre mondial. Lors de la bataille de Stalingrad, les renforts reçus furent des Sibériens, considérés comme particulièrement forts, vigoureux et résistants.

 

Anecdote du guide : un ami de son grand-père lui a parlé de la Seconde Guerre mondiale contre l’Allemagne nazie au cours de laquelle il était soldat. Il embrochait les Allemands avec sa baïonnette à la chaîne. Les Russes avaient fait des prisonniers allemands. Afin de les faire parler, le soldat bouriate se mettait du sang sur la figure et brandissait des haches devant les prisonniers pendant que ses comparses disaient à l’Allemand que ce sauvage allait le manger. Le subterfuge fonctionnait à chaque fois, le prisonnier se mettait à table tellement il avait peur de servir de petit-déjeuner.

Pendant le Seconde Guerre mondiale, afin de coder les communications et les rendre incompréhensibles pour l’ennemi, la langue bouriate était utilisée, exactement comme le navajo, entre autres, fut utilisé par l’armée américaine.

Le bouriate est de moins en moins parlé au quotidien, seuls les plus âgés dans les villages l’utilisent encore. Il est toutefois enseigné à l’école pendant trois ans de façon obligatoire. C’est la seconde langue de la République de Bouriatie. Cependant, c’est le russe qui prédomine largement.

Pour en finir avec la partie guerre, les Bouriates ont également pris part aux conflits récents : ils ont aussi fait la guerre en Crimée, en Ukraine et en Syrie comme pilotes d’avions. Ils sont très patriotes.

 

La religion

Deux religions cohabitent : le bouddhisme et le chamanisme.

IMG_7075.JPG

Anecdote sur le chamanisme par le guide : lorsqu’il était enfant, plusieurs nourrissons sont morts dans son village et dans les alentours. Un chaman fut appelé afin d’apaiser ou de chasser cet esprit de la mort. Il était vêtu en tenu traditionnel et les enfants en le voyant se moquèrent de lui et le poursuivirent de leurs railleries. Un enfant en particulier énerva tellement le shaman que celui-ci le saisi par le bras. L’enfant sembla alors apercevoir quelque chose de si terrifiant à côté du chaman que ses cheveux blanchir. Lorsque le shaman relâchât son étreinte, il resta muet pendant plusieurs jours. La guide et ses camarades ne réussir pas à lui faire dire ce qu’il avait vu. Il pense qu’il a pu apercevoir l’esprit de la mort.

Il existe plusieurs niveaux de chamanisme et pour passer le niveau au-dessus, le chaman devait être autorisé par le chaman du niveau supérieur. Cependant, ceux qui étaient les plus hauts dans cette hiérarchie sont décédés, il n’existe plus de chaman au sommet. Avec la recrudescence du religieux il y a, hélas, beaucoup de charlatans également.

La légende du premier Bouriate : Un homme aperçu un jour des oiseaux descendre du ciel. En enlevant leur parure de plumes blanches, ils se transformèrent en jeunes femmes. L’homme vola la parure d’une de ces femmes, l’empêchant de regagner le ciel. Il l’épousa et ils eurent de nombreux enfants, dont sont descendues les différentes tribus bouriates. Après 35 ans de vie maritale, la femme demande à son époux son habit de plume, juste pour un moment. L’homme accepta, elle le passa et pris alors son envol et ne revint jamais. Les Bouriates respectent depuis ce jour les cygnes blancs.

*  *  *

Après tous ses renseignements, nous avons rejoint la baie de Krestovaya. Une ancienne ferme transformée en gîte servit à nous héberger à quelques centaines de mètres du lac gelé. Avec le groupe nous sommes partis en reconnaissance avant que le soleil ne se couche.

IMG_7099

Nous pûmes observer des Russes, ayant fait un trou dans la glace, récupérer des seaux d’eau afin de charger des bidons qu’ils mirent ensuite sur un camion.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette eau, réputée pure (tellement pure qu’elle ne contient pas de minéraux ou très peu), sert à la cuisine mais également à alimenter le bania, sauna russe, dont nous fîmes la découverte le soir même.

Demain sera le début de la marche sur la glace.

IMG_7107.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s