Retour à la distribution alimentaire

Cette semaine je suis allée rejoindre les bénévoles qui font la distribution alimentaire près de la gare. Cela faisait longtemps que je n’y avais plus mis les pieds (bonjour boulot, fatigue et démotivation). Quelques nouvelles têtes étaient présentes car les bénévoles se renouvellent assez souvent. Après avoir dis bonjour aux uns et aux autres et donné des félicitations à un futur père, nous nous sommes attelés à la préparation des assiettes.

Nous nous sommes répartis les tables et les rôles. Certains distribuant le pain, les serviettes, des yaourts, d’autres servant des plats chauds, de la soupe, du café, ou encore des céréales. Pour ma part je me suis positionnée près des petits conteneurs isothermes afin de passer les plats brûlants – des barquettes — à deux tables. Au menu du soir : fayots et boulettes de viande de mouton, avec plein de sauce (miam). L’objectif est de faire parvenir le plus vite possible (sans en mettre partout) les plats préalablement débarrassés de leur film plastique. J’aime bien ce poste, il faut être rapide et en hiver quand il fait froid le contact avec les plats chauds est agréable. La distribution se fait en effet en plein air, qu’il vente ou pleuve. Je n’ai pas vu le temps passer – il faut courir des conteneurs aux tables, enlever les films plastiques à l’avance et jeter dans les poubelles les barquettes vides.

Ensuite, distribution des sandwichs. Une autre paire de manche. Déjà, il faut séparer ceux à la viande, notamment au porc des autres poulet, fromage ou végétarien. Puis essayer de gérer les bénéficiaires, certains étant assez exigeants sur le menu du soir, d’autres essayant de négocier l’obtention de plusieurs sandwichs. Quand les gens tentent de négocier, cela créée des bouchons dans la queue, tout le monde s’en mêle pour que ça se remette à avancer. On se retrouve face à une dizaine de main tendue et on balance au petit bonheur la chance les victuaille pour désengorger la file. Heureusement les autres bénévoles arrivent à bien gérer le relationnel (j’ai des progrès à faire de ce côté) en prenant souvent le temps de discuter avec les mécontents.

Pas de problème particulier ce soir, sauf à un moment où un bénéficiaire s’en est pris à un bénévole, lui reprochant en anglais de lui avoir pris son travail. Le bénévole, un jeune homme Egyptien, n’a pas apprécié du tout, d’autres personnes sont venues pour calmer les esprits. Ces petits moments de tensions sont récurrents. Il y avait pas mal de monde ce soir en plus, attisant la crainte de ne pas être servis à temps. Le collègue bénévole a mis un peu de temps à se calmer mais tout est rentré dans l’ordre.

Je ferai toutefois l’impasse la semaine prochaine, emploi du temps rempli oblige.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s