Oulan Bator

Grignotage léger et arrivée à la capitale. Nous disons au revoir au Mongol qui nous avait rejoint dans le compartiment. A la gare un nouveau chauffeur nous récupère, nous avons réussi à nous tasser dans un seul véhicule direction l’hôtel Nine (le premier du séjour), très chic et récent. On se retrouve alors dans une grande chambre pour poser nos valises. L’eau de la douche est chaude! Après un moment de détente on se change et on se retrouve peu après 9h pour débuter le programme de visite de la ville.

  • Monastère Gandantegchinlin

Tout d’abord nous faisons la visite du monastère Gandantegchinlin (explications sur cet article). Il y a beaucoup plus de monde que dans celui du désert. Nous essayons d’assister à une cérémonie : à l’intérieur du petit monastère bondé les moines chantent et prient, ils tournent autour dans le sens des aiguilles d’une montre, manie des encens et des instruments de musique. C’est bruyant, un peu oppressant. Puis nous voyons un bouddha géant dans un stupa.

dsc_0973
bâtiment qui abrite le bouddha géant
  • Usine de cachemire

Ensuite nous partons visiter une usine de cachemire. Construite dans les années 80 c’est l’une des plus grosses du pays qui en totalise une vingtaine. Le cachemire produit en Mongolie est un des meilleurs du monde selon notre guide. En effet, les hiver y sont tellement rigoureux que les chèvres qui y vivent ont la toison la plus adaptée pour ce type de production.

dsc_0981dsc_0984

Le processus de fabrication nous est expliqué, nous voyons toute la transformation de la matière. Dans cet hangar le bruit des machines est assourdissant. L’humidité est maintenue par la vaporisation d’eau en continue. Nous accédons ensuite à l’espace de fabrication des vêtements. Des ouvrières s’activent pour créer les différentes parties avant que d’autres ne procèdent à l’assemblage. Elles sont concentrées à la tache et lèvent à peine la tête à notre arrivée. Les touristes défilent en effet toute la journée dans le bâtiment, les groupes se suivent.

dsc_1000dsc_1005

Selon notre guide elles travaillent 8h par jour et ont droit à leurs weekends. Elle ont une rémunération fixe autour de 400 euros par mois et une part variable en fonction de leur productivité. Il existe aussi quelques machines automatiques.

Une fois les pièces assemblées, elles sont lavées avec un produit spécial et les vêtements encore humides sont repassés. Ce sont les hommes qui réalisent le repassage car cette tâche est considérée comme plus physique par les Mongols (!).

Après un dernier contrôle technique sur les finitions le produit est souvent exporté mais certains sont vendus dans la boutique attenante à l’usine, très chic. Historiquement la fabrication se concentrait principalement sur la production de couvertures avant de se diversifier. On trouve de tout dans le magasin, des bonnets, écharpes, robes, pulls etc… . Avec tous les autres touristes qui ont visité l’usine nous faisons quelques emplettes pour nos familles (razzia sur les châles et écharpes). Les Normands ont ramené de quoi vêtir toute leur famille, en monnaie mongol ils ne sont pas loin du million.

DSC_1012.JPG

Midi étant passé, le guide nous propose un restaurant japonais à proximité de l’usine. On s’est régalé. Seule Madame Sans Gluten râlait auprès de Monsieur Longue Jambe qui essayait de la calmer. Le temps passé au restaurant était du temps perdu pour elle, elle aurait voulu (de nouveau) faire du hors programme et visiter la capitale (le retour en France étant prévu le lendemain). Ces critiques ont un peu tendu l’ambiance dans le groupe. Plus de 10 jours ensemble en permanence c’est long.

Le guide souhaitait qu’on fasse une sieste à l’hôtel avant d’enchainer avec le musée sur l’histoire de la Mongolie et un spectacle. Refus net de Madame Sans Gluten dans la voiture. Perte de temps. Le guide a cédé et nous avons bifurqué vers le musée pour ensuite dégager un peu de temps pour que chacun puisse arpenter la ville à sa guise. Cette décision n’a pas fait retomber la pression. Il faut savoir que dans le voyage pas mal de choses étaient prises en charge au niveau financier, mais pas les musées et les visites de monuments. Ce surcoût très relatif (il était bien indiqué que ce n’était pas inclus dans le prix du séjour) n’a pas plu à plusieurs personnes du groupe qui ont commencé à devenir très critiques. J’étais mal à l’aise dans le véhicule. Le guide à l’avant devait tout entendre. De plus personne n’était obligé de faire toutes les visites. Le guide souhait juste qu’on reste groupé pour ne pas perdre l’un de nous – normal c’est son job et sa responsabilité. Et l’entrée des musées était souvent entre 1 euro et 5 euros, vraiment pas cher.

C’était vraiment dommage car la visite du musée a donc été rapide alors qu’il était très intéressant. Là encore ça allait de la préhistoire à la démocratie en passant par la période communiste. Cette période semble avoir été bien vécue, en tout cas notre guide nous en a dit beaucoup de bien. Bon. En fait ça a été un bienfait dans la mesure où les communistes ont favorisé la croissance démographique, ont chassé les Russes, les tsariste, les Mandchoues,  les Chinois, etc et ont bâti des infrastructures modernes. Beaucoup d’argent est rentré dans le pays.

 Après la visite un peu expédiée nous avons eu droit à une heure et quelques de liberté pour faire un tour dans la ville. Gégé voulait absolument trouver de la vodka mongole. On a tourné un très long moment en demandant notre chemin en anglais pour trouver une supérette en vendant. Nous étions près de la grande place de la ville où sont situés tous les sites sociaux. Le centre de la capitale ressemble à ce qu’on peut voir dans n’importe qu’elle grande ville européenne, des grandes artères, des centres commerciaux des étudiants et des hommes d’affaires un peu partout. Je n’ai pas trouvé que ça valait vraiment le coup de visiter. Nous nous sommes retrouvés ensuite à l’hôtel où nous avons posé les bouteilles d’alcool. Finalement sur les 10 seulement 6 sont allés avec le guide voir le spectacle de chant et musique traditionnel mongol. Les autres ont continué à tourner en ville, ravis de faire les boutiques. Les mêmes qu’en France…

Le spectacle était pas mal du tout avec des contorsionnistes également. On a fini la journée au restaurant de l’hôtel où le guide nous a fait ses adieux (j’étais trop triste de le voir partir). Comme les autres il a eu droit à un petit discours et à une enveloppe. On a fini ainsi la dernière soirée. La mésentente de la journée était encore un peu présente. On s’est quand même échange (sans y croire) nos coordonnés. Le lendemain très tôt et en décalé par rapport aux autres Gégé et moi sommes repartis direction Paris…

dsc_1019

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s