Le train : 7ème jour (700km)

Nous nous sommes réveillés tôt un peu avant 6h. Le soleil n’était pas encore levé. Nous sommes allés petit-déjeuner pour la dernière sur le camp après nous être difficilement extirpé de la chaleur des couvertures. Gégé et le Normand avait passé une nuit agité avec des intestins peu coopératifs (surement trop de vodka!).

En passant devant les autres yourtes pour aller manger, j’ai repéré un des deux chiens. Il avait passé la nuit sur place. Son pelage était trempé.

Au repas des œufs, des saucisses, du jambon, du thé. J’ai mis de côté un peu de charcuterie pour l’animal, tout comme Monsieur Longues Jambes. Les saucisses ont été données discrètement à la bête au moment de regagner les yourtes pour plier bagages. Nous avons trainé notre bardât jusqu’à un premier véhicule qui s’est vite trouvé rempli (en plus des sacs, du matériel de couchage et de l’eau). Nous sommes montés dans le second véhicule, à l’étroit comme à l’allée lorsque nous avions quitté l’aéroport. Le chien, voyant sa source d’alimentation tarie, s’en retourna vers le village avant même le démarrage du moteur (aucune reconnaissance). Il devait avoir l’habitude des touristes.

Nous avons quitté définitivement le parc national pour rejoindre après plus d’une heure trente de route la gare d’Oulan-Bator. Une fois à la gare nous avons repéré notre wagon. Le train s’en allait vers le désert de Gobi en s’arrêtant à la gare de Sainshand, son terminus. Le voyage était prévu pour durer 10h. Nous avons dit au revoir à Oyanga sur le quai, pris des photos avec elle. Puis le wagon jusque là fermé s’est ouvert. Une jeune femme en uniforme, tenue impeccable en est descendue. Elle a sorti un petit chiffon et a entrepris de nettoyer les barres métalliques auxquelles il faut s’agripper pour parvenir à se hisser dans le train, les marches étant relativement hautes et le bagage lourd et encombrant. Notre guide lui a donné nos billets et nous avons pu monter en chargeant tout notre matériel. Progressant à la queue leu leu dans le couloir étroit, nous avons été répartis par compartiment, soit un compartiment pour quatre personnes. Gégé et moi sommes donc restés avec le guide.

Dans ce train, les compartiments sont tous installés du même côté du couloir. A l’intérieur, deux banquettes confortables qu’on peut lever pour ranger des affaires dans des caisses. Sur les banquettes, les couvertures et des coussins sont posés. Au dessus de ces banquettes se trouvent deux autres lits-banquettes rétractables, avec encore de nouveaux rangements, notamment dans l’espace qui se situe au dessus du couloir du wagon. Deux petites échelles permettent d’y accéder. Enfin, il y avait une petite table accolée la fenêtre, des prises de courant et des petites lampes. Quant au couloir il possède des fenêtres qui peuvent s’entrouvrir. Il permet de se dégourdir les jambes tout en profitant du paysage. Les compartiments se ferment grâce à des portes coulissantes.

Le train a démarré bruyamment pour s’élancer à travers la ville, marquant tous les arrêts sur sa route. Le guide s’est trouvé un autre compartiment vide pour pouvoir faire la sieste, nous laissant Gégé et moi en tête à tête. Une café et un thé nous a été offert par une des hôtesse et de l’eau chaude était disponible en libre service dans le couloir. Elle nous aussi donné des draps propres rangés dans des sachets plastiques.

Un arrêt de 15mn a eu lieu en début d’après-midi, nous en avons profité pour sortir après avoir fermé le wagon – notre guide avait peur qu’on se fasse voler nos affaires. Des femmes trainant des cadis remplis de gâteaux, biscuits et boissons se sont dirigés vers les portes des wagons sur le quai afin de vendre leur marchandise. Certaines avait même des plats cuisinés dans des sacs plastiques. Gégé nous a acheté des biscuits secs russes pour le trajet.

Pour passer le temps nous avons fait le sieste, déambulé dans le couloir pour regarder la plaine défiler (on a vu des éoliennes!), lu beaucoup (j’ai redécouvert Charles Bukowski, Au Sud de Nulle Part et un policier américain La Griffe du Chien) et dessiné un peu. Un carnet d’or a circulé également, on a regardé ce que les autres passagers avaient mis et en quelles langues leurs commentaires apparaissaient. On s’est gratté la tête un moment avant d’y rajouter une banalité. Monsieur Longue Jambe plus inspiré a quant à lui dessiner des montagnes alpines et un chamois au stylo bille. Nous avons fait du troc de biscuits et de chocolat entre nous avant d’effectuer pour la seconde fois un arrêt un peu plus long qui a permis à certains du groupe d’aller se dégourdir les jambes sur le quai.

dsc_0471dsc_0462dsc_0513

En arrivant vers le désert de Gobi les herbes se sont raréfiées tout comme les habitations, la terre a jauni. Au loin quelques troupeaux de chameaux et d’antilopes sauvages. On a pu assister au coucher du soleil, tout rassemblés dans le couloir. La lumière était magnifique. Le sable a fait son apparition quelques minutes avant notre arrivée.

dsc_0533

Deux nouveaux chauffeurs nous attendaient, un père et son fils. De nouveau, les bagages et nos personnes ont été chargées dans deux voitures avant de prendre la route d’une supérette puis de notre destination: le désert.

dsc_0548dsc_0554

En guise de désert, une fois sortis de Sainshand le chauffeur a conduit une trentaine de minutes avant de sortir de la route brusquement afin de nous amener à quelques centaines de mètres de là vers deux yourtes. Il faisait alors nuit mais pas froid du tout, au moins 20°C dans un climat chaud et sec. On ne voyait pas grand chose de notre nouvel environnement, seulement le ciel et les étoiles à perte de vue. Jamais je n’ai vu un ciel briller autant.Une jeune femme avait préparé à manger dans une des yourtes. Nous étions ses hôtes pour les prochains jours. Après le repas nous nous sommes répartis les yourtes, la jeune étudiante nous a rejoint afin d’être avec sa mère. Le guide pris un des lits en trop et l’a installé à proximité des voitures. Il a dormi ainsi à la belle étoile.

Publicités

2 réflexions sur « Le train : 7ème jour (700km) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s