Retour au campement de base : 6ème jour (12km)

Les chiens. C’est surtout eux qu’on entend lorsque la nuit tombe. Leurs aboiements résonnent et réveillent même les bons dormeurs que nous sommes. La maison de Bor est à côté d’un « chenil », constitué d’un grillage entourant des niches où des dizaines d’Huskys et Malamutes, attachés par des chaines, hurlent à qui mieux mieux. Un jappement isolé suffit à lancer une vague bruyante d’aboiements rauques assourdissante. Les animaux sont utilisés l’hiver comme chiens de traineau, en attendant ils semblent rester dans cette grande cage à ciel ouvert le reste de l’année (j’espère que non). Pas d’indice sur leur propriétaire.

La nuit ne fut donc pas des plus reposantes. Oyanga nous a consolé avec une pizza concoctée avec tous les restes. Là encore j’ai pu faire bombance avec trois portions accompagnées d’un beignet et de deux tranches de pain tartiné avec le nutella local. Profitant du quartier libre le matin, Gégé et moi sommes retournés du côté de la rivière. Nous avons vu des yacks passer le cours d’eau et un Mongol rassembler ses bêtes sur la rive en face, aidé par ses chiens.

DSC_0401.JPG

Nous avons découvert les chiens et à côté de la grande cage un plus petit espace clôturé réservé à trois chiots

DSC_0408.JPG.

DSC_0406.JPG

Le reste du temps libre fut consacré au dessin, enfin pendant un temps seulement, la pluie interrompant le travail puis la petite fille du guide. La gamine malicieuse, bien que ne parlant pas un mot de français, arrivait tout à fait à se faire comprendre et à nous faire faire ce qu’elle voulait. J’ai posé à regret mes crayons pour lui faire faire de la balançoire et jouer un peu avec elle. Au final c’est elle qui s’est mise à dessiner une fois une feuille et un crayon entre ses mains. A chaque petit dessin elle me donnait le nom de l’objet représenté (une feuille, un arbre, le soleil, la voiture etc), puis c’était à mon tour d’exécuter un dessin. Gégé nous rejoignant ce fut à son tour de jouer au babysitter. J’en ai profiter pour récupérer mon matériel et recommencer à avancer sur le kiosque croqué. Après m’avoir mis des feuilles dans les cheveux (!) et en pièce ses petits dessins elle a commencé à s’ennuyer de mon manque de coopération et est partie jouer ailleurs. J’ai pu reprendre tranquillement (ouf).

A 13h déjeuner léger pour moi (tu m’étonnes après le petit dej) et préparatifs pour le départ. En effet, nous retournons au campement de base afin d’y passer la nuit avant de rouler vers le désert de Gobi le lendemain. Des chevaux avaient été amenés pour regagner plus vite le camp. Seulement, ces petits chevaux mongols s’avérèrent particulièrement nerveux, craintifs et têtus, traits de caractère renforcés par la présence d’un touriste sur le dos. Le guide était lui même méfiant (une mauvaise expérience on pense). Du coup, seulement quatre personnes du groupe ont tenté l’aventure équestre, l’une abandonnant vite en raison du caractère agité de la bête. N’aimant pas vraiment les chevaux j’ai préféré user mes bâtons de marche. Gégé est monté en selle. Les bestiaux étant bornés (refusant d’avancer, de tourner ou au contraire partant gaiement dans une direction à leur guise), les nomades ont vite fait d’attraper les brides pour les guider fermement.

Rapidement le groupe de cavaliers nous a dépassé, sortant de notre champ de vision. Nous étions 8 à marcher avec le guide, nous avons retraverser les paysages du premier jour pour regagner le village. En le parcourant nous avons été suivis par un premier chien qui s’est collé à Monsieur Longues Jambes qui ouvrait la marche. Un second nous a rejoint un peu plus loin, réclamant des câlins et nous sautant dessus.

Ils sont restés avec nous jusqu’à notre arrivée au campement. En arrivant aucune trace de nos camarades cavaliers, ils avaient mis pieds à terre plus et mis à profit leur avance pour gravir une nouvelle montagne à proximité du camp.

IMG_0710.JPG

Une fois les affaires rangées sous la yourte direction la douche, l’eau était censée être chaude. Enfin, en théorie… Elle fut glacée, m’obligeant à faire des pauses en coupant l’eau pour relancer la circulation sanguine dans mes pauvres mains et les battant vigoureusement l’une contre l’autre. J’ai réussi à m’en sortir même si j’ai cru y laisser une partie de mon cerveau, perdu pour cause de congélation. Le comble c’est qu’il y avait effectivement de l’eau chaude dans d’autres cabines, notamment chez les hommes… .

Le temps de revenir à la yourte les deux derniers guides nomades étaient repartis vers chez eux. Gégé est revenu ravi de sa ballade, regrettant de ne pas avoir pris d’appareil photo avec lui. On est allé prendre l’apéro quotidien vers 19h, à la vodka, puis dîner poulet, riz, frites. Une petite fille s’amusait un peu trop près de la table, sa mère a fini par la punir (on l’a entendu pleurer). Selon notre guide les enfants sont considérés comme précieux mais ils ne doivent pas déranger les adultes, notamment pour les repas. Comme nous l’avions fait pour nos trois guides nomades la veille, nous avons remis une enveloppe de billets à Oyanga car elle allait partir le lendemain avec un petit discours de remerciement, debout autour de la table (petite pression pour l’orateur du moment!).

En regagnant les yourtes nous avons recroisé les chiens. En fait ils sont restés avec nous, le plus jeune et excité jusqu’au lendemain, se roulant en boule devant les portes des yourtes sous la pluie (un vrai temps breton, des averses incessantes entrecoupées de moments d’ensoleillement). Revenus à deux par yourte, nous avons ranger nos affaires en prévision du voyage en train du lendemain. Nous avons également mis tous nos appareils électriques en charge sur les multiprises en attendant l’électricité pour 21h (en théorie là encore). Nous l’avons eu vers 21h30, permettant enfin d’accéder à nos téléphones et d’envoyer des messages à nos familles. Au chaud nous nous sommes endormis assez tôt, le réveil étant pour 6h.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s